top of page

Les lampes UV peuvent-elles causer le cancer ?

Dernière mise à jour : 3 août 2023

Vous vous posez sûrement la question : "Les lampes UV peuvent-elles causer le cancer ?" C'est une préoccupation récente qui a émergé dans le monde de la prothésie ongulaire, suite à une étude réalisée par

Lampe UV dédié à l'extension d'ongle en fibre de verre
Lampe UV

l'Université de Californie à San Diego. Cette étude, publiée le 17 janvier 2023 dans la revue "Nature", a suscité de nombreuses interrogations et des réactions


diverses. En outre, l'Académie Nationale de Médecine s'est prononcée à ce sujet le 28 avril 2023, mentionnant un risque potentiel de cancer lié à ces lampes UV. Alors, qu'en est-il vraiment ? Je vous propose de décrypter ensemble cette étude pour y voir plus clair.



Dissection de l'étude


Cette étude, menée par l'Université de Californie à San Diego, a examiné l'impact des rayons UV de type A (UVA) émis par les lampes UV sur différentes sortes de cellules. Ces dernières ont été soumises à diverses durées et fréquences d'exposition.

Le protocole expérimental a débuté par une exposition unique de 20 minutes. Après une pause de 24 heures, les cellules ont ensuite été exposées de manière aiguë, soit deux fois 20 minutes avec une pause de 60 minutes entre chaque séance. Enfin, après un autre repos de 24 heures, une exposition dite chronique a été menée, soit une session de 20 minutes pendant trois jours consécutifs. Ce processus a été testé sur plusieurs types de cellules.

Les analyses et les résultats ont été basés sur trois types d'exposition :

  • 5 répétitions d'exposition aiguë,

  • 5 répétitions d'exposition chronique,

  • 5 répétitions pour les cellules témoins non irradiées.

Les résultats les plus marquants de l'étude sont les suivants :

  • Une seule irradiation de 20 minutes a entraîné la mort de 20 à 30 % des cellules exposées

  • Trois expositions consécutives de 20 minutes (une session de 20 minutes par jour pendant 3 jours) ont causé la mort de 65 à 70 % ds cellules exposées.

Selon l'Académie Nationale de Médecine, "le risque semble avant tout lié à trois facteurs : l’âge jeune de début d’utilisation (en moyenne 20 ans) ; la fréquence rapprochée des expositions, (moyenne de 5 à 6 fois par an, voire plus avec le développement des lampes à domicile) ; l’exposition durant plusieurs années. L’effet cumulatif des expositions aux UVA représente le risque majeur. Il peut être aggravé par le terrain (peau claire, immunodépression)"



À propos des rayons UVA


Le principal facteur de risque identifié par cette étude réside dans les rayons UVA émis par les lampes UV. Il convient de rappeler que les UVA représentent 90% des radiations UV émises par le soleil et atteignant la surface de la Terre. Les autres types de rayons UV, les UVB et UVC, qui sont plus nocifs, sont en grande partie filtrés par notre atmosphère.

Les UVA, avec une longueur d'onde de 400 à 315 nm, pénètrent profondément dans la peau et sont principalement responsables du vieillissement prématuré de la peau et des rides. Ils peuvent également contribuer au développement du cancer de la peau. Par conséquent, il est essentiel de noter que l'exposition aux UVA de la lampe UV de votre prothésiste ongulaire n'est pas plus différente que l'exposition au soleil lors d'une journée ensoleillée.



L'étude versus la réalité des prothésistes ongulaires


Lors de l'étude, les cellules sont exposées aux rayons UVA sur une durée de 20 min à 1 h avec des intervalles qui varient entre 1h à 24h.


Lors d'une séance d'extension d'ongles, la durée maximale d'exposition sous la lampe UV est de quatre minutes, suivie d'un intervalle d'environ 25 jours entre deux sessions. Cet intervalle permet à la peau et aux cellules de se régénérer. Il y a donc une différence significative entre les conditions de l'étude et la réalité d'une séance de prothésie ongulaire.


En outre, il est important de rappeler que le processus de mort et de renouvellement des cellules est normal. L'exposition aux rayons UV accélère ce processus. Selon un communiqué de l'Inserm paru en 2013, "l'épiderme, la couche superficielle de la peau, est composée en majorité de cellules appelées kératinocytes qui se renouvellent continuellement selon un cycle de 21 jours chez l'Homme".


De plus, l'étude elle-même conclut ainsi : "Bien que ce rapport démontre que le rayonnement des séchoirs à vernis à ongles UV est cytotoxique, génotoxique et mutagène, il ne fournit pas de preuve directe d'un risque accru de cancer chez les êtres humains."



Une perspective plus large


Il faut aussi prendre du recul et considérer ces informations dans un contexte plus large. Nous vivons dans un monde où presque tout peut présenter des risques pour la santé si consommé ou utilisé de manière excessive : une exposition excessive au soleil, trop de sucre ou de sel, les boissons énergisantes, le tabac, l'alcool, etc. Il est donc crucial, face à ce flot incessant d'informations, de prendre du recul et de faire preuve de discernement.



Ma note personnelle


Cette étude et le communiqué de l'Académie de Médecine rappellent, à juste titre, les risques liés aux rayons UVA. Si vous avez des préoccupations concernant l'utilisation de la lampe UV lors de vos séances de prothésie ongulaire, n'hésitez pas à utiliser de la crème solaire ou des gants de protection. Notre objectif en tant que professionnels n'est pas seulement de vous aider à avoir de belles mains, mais aussi de veiller à votre bien-être général.




Références


63 vues0 commentaire
bottom of page